Chats Errants – Communiqué

Ne nourrissez pas les chats !

Si vous nourrissez les chats, ils continueront à revenir chez vous et vous encouragerez une explosion de leur nombre. Il peut être très difficile de résister à l’envie de nourrir un chat qui vous fait les yeux doux, mais si vous n’avez pas l’intention de nourrir et d’abriter le chat pour toujours, ce n’est pas dans l’intérêt de l’animal. Cherchez son propriétaire, parlez à vos voisins pour savoir s’ils donnent à manger aux chats. Si vos voisins ou des personnes de votre quartier nourrissent les chats, cela peut causer une prolifération du nombre de chats dans la zone. Il est vrai que l’enfer est pavé de bonnes intentions, votre générosité pourrait donc bien avoir l’effet inverse et se retourner contre vous tout en provoquant une catastrophe pour vos protégés.

Tout d’abord, sachez qu’il est interdit de nourrir les chats errants sur la voie publique, vous pouvez consulter le Règlement Sanitaire Départemental du Doubs (articles 26 et 122), ces règlements précisent tous qu’il est interdit d’attirer les animaux sauvages aux abords des habitations et/ou de jeter de la nourriture pour attirer chats et pigeons et que ce nourrissage est souvent puni d’amende. Ensuite, toute considération légale mise à part, si vous choisissez de nourrir des chats errants, vous devez, en même temps commencer à les faire stériliser. L’un ne va pas sans l’autre, ce n’est pas négociable, il ne s’agit pas de vous dire « Je le ferai plus tard » car, dans ce cas, « plus tard » sera sans doute « trop tard ».

Prendre soin d’un groupe de chats errants va vous générer des contraintes évidentes et des obligations.

La municipalité tient à rappeler que récemment, une habitante de Mâcon a fait la mauvaise expérience de donner régulièrement à manger à des chats errants. Lors de son déménagement, elle s’est vu être poursuivi en justice pour abandon d’animal et s’est vu infliger une amende de 500€ !

En effet, vous savez que les chats errants sont avant tout des survivants, leur existence est courte et dangereuse et la sélection naturelle fait des ravages parmi eux. Les bébés ne survivent pas tous et les adultes font rarement de vieux os. Or, à partir du moment où vous aller offrir gîte et couvert à ces animaux, vous allez faire chuter leur taux de mortalité, c’est imparable. Les femelles auront tôt fait de comprendre qu’elles peuvent venir mettre bas chez vous car vous êtes bienveillant, que leur petits seront en sécurité et qu’elles auront de la nourriture en abondance. Ces chatons nés chez vous, ou près de chez vous, n’auront absolument aucun intérêt à quitter ce territoire accueillant, ils resteront donc, tout comme les adultes qui ne tarderont pas à élire définitivement domicile sur place. Les lieux deviendront un eldorado pour eux et d’autres chats, errants ou abandonnés, ne manqueront pas de se greffer peu à peu à la colonie. En moyenne, une chatte errante à entre 1 et 2 portées par an qui donneront à chaque fois 3 ou 4 bébés qui seront capables de se reproduire dès 4 mois ! Soit plus de 20.000 chats potentiel en 4 ans …. Même si vous n’aidez qu’une seule chatte errante, sa première portée comportant forcément mâles ET femelles, vous entrez immédiatement dans le cercle infernal.

De plus, le risque, outre le fait que vos frais de nourriture augmenteront considérablement, est que la prolifération de ces chats finissent par causer des nuisances au voisinage en termes d’odeur (l’urine des mâles non castrés empeste et ils marquent leur territoire), de bruit puisque les mâles hurleront lors des bagarres et que les femelles brailleront pendant leurs chaleurs, de détérioration et d’hygiène puis qu’être nourris par vous ne les empêchera pas de fouiller les poubelles et de répandre les ordures…. En bref, il y a de fortes probabilités pour que les voisins humains de cette colonie hors contrôle finissent par être exaspérés et demandent l’intervention de la fourrière. En fourrière, tous les chats errants seront euthanasiés car ils ne sont jamais réclamés ayant aucun propriétaire et un chat errant est un chat sauvage et qu’un chat sauvage n’est pas adoptable…

Si vous n’êtes pas prêt à vous lancer dans ce parcours du combattant, n’agissez pas du tout !

Si vous êtes occasionné par des gènes intempestifs, la municipalité vous recommande de bien vouloir contacter les associations compétentes et participer aux frais liés à la stérilisation de ces félins :

“Au bonheur des chats libres” :  06 33 60 06 39 : www.chatlibre25.fr

“Doubs Espoirs” : www.doubsespoirs.org

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer