Vœux du maire 2016

meilleurs-voeux-2016

Vœux du maire 2016

Pour la 15ème année consécutive, j’ai le plaisir de vous accueillir pour ces traditionnels vœux du maire. Après toutes ces années, ils pourraient paraître banals, et pourtant, suite à une année 2015 exceptionnellement difficile dans tous les domaines : économique, social, politique, ces  vœux 2016 ont plus que jamais tout leurs sens. Que 2016 soit pour vous et tous vos proches une année de bonheur, de joie, de bien être mais aussi d’espoir, l’espoir d’être épargné par la barbarie terroriste qui menace toujours notre pays. Mes pensées vont aux familles éprouvées par ces actes innommables, ou en l’espace de quelques secondes une vie bascule dans la douleur et chagrin.

Nous avons pu constater, qu’au fil  des évènements, dans les situations extrêmes de douleur,  d’émotion, et de désespoir, l’être humain sait faire preuve  de solidarité, de rassemblement et d’altruisme. L’attaque terroriste qui a frappé la France, notre république a décontenancé le pays. Face à cette barbarie la république a été en pleurs. Devant ces actes terrifiants, ce carnage absurde de haine, d’intolérance, de fanatisme, nos larmes n’ont pu être retenues.

On peut désespérer d’un homme, d’un parti, mais on ne peut pas désespérer d’un peuple. Résolus, soudés dans notre dignité, dans nos convictions, nous devons rester debout et que seul le chemin qui nous guide doit être le respect de nos valeurs humanistes. J’espère pour ces vœux, que 2016 ouvre le chemin de ces valeurs fondamentales, source d’une bonne cohésion sociale.

Mais pour aboutir, la cohésion sociale se doit d’être en lien étroit avec son territoire, par lequel elle peut  trouver de la proximité. Mais que devient la proximité avec la réforme des territoires. Je ne rentrerai pas dans des considérations politiques politiciennes, mais dans ma fonction de maire, dans la fonction de chaque élu, nous subissons les effets de la loi NOTRe  promulguée le 7/08/2015. C’est justement cette nouvelle organisation des territoires de la république qui remet en cause  le tissu territorial existant. Elle prévoit des communautés de communes d’au moins 15000 habitants et cette mesure fait suite à la fusion des régions. Dans les secteurs ruraux, ou les communes de moins de 500 habitants  sont nombreuses, le périmètre des communautés de communes s’agrandit  au détriment de la proximité. Pour votre information, notre communauté d’agglomération passera de 58 à 72 communes au 1/01/17.

Le législateur prévoit aussi un transfert de certaines compétences communales vers la CAGB, à savoir, l’urbanisme par la création de PLUI, l’assainissement eau usées, mais légalement dissocié du réseau pluvial.  Un bureau d’étude prendra naissance au niveau de l’agglomération avec du personnel  redéployé émanant de la ville et il en coutera une ouverture de crédit à hauteur de 600000 euros pour 2 ans afin de diagnostiquer l’état des réseaux avant transfert. Autre conséquence, toutes les zones d’activités  économiques devront  être reprises par la CAGB  entrainant un écrêtement de nos taxes professionnelles compensatrices.

Déjà pénalisé en 2015 par la baisse des dotations, par la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, par le transfert  vers  la commune du cout de l’instruction des PC, par la suppression de la TCFE (taxe sur la consommation finale d’électricité)pour les communes de moins de 2000 habitants, l’ensemble pour votre commune s’élevant à 100000 euros, nous allons encore voir fondre notre ACTP. Dans les couloirs de la CAGB, on chuchote une baisse d’environ 30%  correspondant à un montant de 120000 €. Cette baisse reste à confirmer, elle ne sera pas brutale, elle sera lissée sur quelques années, mais au final, le manque sera bien là. En fait, le CM  se trouve devant une situation ou la lisibilité budgétaire est très médiocre, qui oblige à beaucoup de prudence. Mais ces questions qui préoccupent vos élus, celles que je viens de vous exposer, après avoir  dégusté la galette et bu à la bonne santé des uns et des autres, vous rentrerez chez vous, et je suis convaincu que vous  zapperez rapidement cette problématique. Autrement dit, nous les élus, nous sommes contraints de continuer à faire toujours autant avec  beaucoup moins.

Mais je crois être de nature à entreprendre, de nature à avoir de l’audace, soutenu par un conseil municipal volontaire. C’est à mes yeux, une éthique valable aussi bien sur le plan personnel que pour tout engagement  dans la vie publique.

M’adressant  aux membres de mon CM, il est de mon rôle de booster les choses, même si l’avenir est encore beaucoup embué, il est de mon rôle de vous dire à tous, chers amis, ne nous figeons pas dans la nostalgie  du passé en égrenant des budgets antérieurs établis avec facilité. Le pessimisme est plus contagieux que l’optimisme.

Des travaux ont vu le jour en 2015, des travaux verront le jour en 2016, et quelques gros projets sont en réflexion.

Près de 500000€ ont été investis en 2015 sans recours à l’emprunt. Nous avons perçu  120000€ de subventions. Les dépenses se répartissent comme suit : 210000 de voirie et parking, 55000 éclairage publique, 15000 dans les bâtiments, 5000€ de matériel, 3500€ de mobilier, et 180000€ de terrains pour enfin terminer l’acquisition foncière de la zone de loisirs. (Signature le 29 /12/2015).

Déjà pour 2016, la maison Duvois , au bas de la grande rue sera démolie. L’ouverture des plis a lieu dans quelques jours.

L’enfouissement du réseau électrique rue des chauvières devrait démarrer rapidement.

Les consultations sont prêtes à être lancées pour la réfection de rue des chauvières, rue des charmes, réaménagement du carrefour  rue du stade/chemin de menuet, et aménagement d’un chemin piéton  avec alignement de la route au niveau de la propriété de madame PESSON, route de Dannemarie. Ces travaux sont prévus pour avril.

Un sujet plus délicat est à l’étude : une réflexion compliquée, truffée de paramètres  porte sur la solution à apporter  aux locaux de notre mairie, qui aujourd’hui ne sont  plus fonctionnels, quant au stockage des archives, à l’indépendance des adjoints qui ne disposent pas de bureau pour assurer leurs  rendez vous, à l’obligation de la mise en accessibilité et surtout à la résolution de l’équation énergétique de ce bâtiment

Quelle solution efficace retenir ? La mairie peut-elle être repensée dans ces mêmes locaux ou doit-elle changer d’emplacement ?  L’intention de regrouper les classes à l’école Denise Arnoux libère les locaux de Jules Ferry. On pourrait imaginer la mairie dans ces locaux. Une étude de faisabilité est en cours, réalisée par l’agence archi-tech ; son rendu est attendu pour la 2ème quinzaine de janvier. Au-delà de rationaliser la fonctionnalité des bâtiments, cette étude s’inscrit dans une logique d’économie d’énergie sur les deux sites Jules Ferry et Denise Arnoux.

Le respect de l’environnement n’échappe pas aux élus.  Une étude est commandée à IRH pour diagnostiquer  la qualité des effluents rejetés au réseau par les entreprises de la ZI. Son montant est d’environ 50000€. Elle s’inscrit dans le cadre d’un partenariat financier entre commune et entreprises. Les chefs d’entreprises auront 2 années pour se mettre en conformité si le résultat des analyses détermine une concentration de produits toxiques dépassant les seuils tolérés. Mais au fait, qui paiera la facture ; l’entreprise ou l’habitant ? C’est peut-être la question qui fâche. A l’occasion de cette présentation des vœux, tous les espoirs sont permis. Une réponse : ni l’un ni l’autre. A vous de savoir si vous devez prendre cette déclaration pour un vœu ou pour une vérité.

Néanmoins, une augmentation de la redevance pourrait avoir lieu car votre commune est directement concernée par l’augmentation  de 17% du montant de la contribution due au SIAG. Son impact sur la redevance sera transparente et facilement contrôlable.

Il y a un instant, je vous parlais de la loi NOTRe et de son incidence sur la redéfinition du territoire. En France, 500 communes ont déjà fusionné. Les petites communes ont un avenir très assombri, car cette loi sous entend la disparition des communes de moins de 1000 habitants. Le maire de Vaux les Prés s’est rapproché  de nous  avec en préalable une question de construction d’école. Vaux les Prés, comme toutes les communes de l’ouest de la capitale n’échappe pas à la pression de l’urbanisme et se trouve confrontée à une problématique d’infrastructure. Au  terme de 3 rendez vous, partageant la même zone d’activité (zone de l’échange), l’idée d’une fusion avec notre commune voisine est envisageable. Les roucoulements sont prometteurs ; ce dossier est à suivre avec attention, s’il se concrétise, je sais qu’il sera lourd de conséquences sur le plan administratif et comptable. En vue, beaucoup de travail pour le secrétariat et le percepteur à qui nous souhaitons bon courage.

Ce ne sont pas les sujets qui manquent dans votre commune. Mais puis-je encore vous parler d’un projet inter générationnel, suis-je encore crédible sur ce dossier ?  Depuis 7 années déjà, différents projets se sont succédés  et ont fait  moult débats dans les séances de conseil municipal. Tenaillé entre les fourches caudines de l’administration et une loi de défiscalisation déficiente, une fois de plus le 3ème projet ne peut aboutir. La loi ALUR, loi DUFLOT, contient un dispositif appelé PINEL. Il remplace le cellier, le Boorlo, de Robien et les autres. Par contre, il ne s’applique pas à toutes les communes. Chemaudin, comme Montferrand le château, n’est pas dans le périmètre du dispositif PINEL. Ce qui sous entend, que l’investisseur préfère investir dans une zone ou il peut prétendre à la défiscalisation, et quoi de plus normal. D’ailleurs les constructeurs  s’accordent à le dire  et le vérifient par défaut à leurs dépends. Ce constat signifie que notre territoire ne dispose pas des mêmes privilèges, car dans ce contexte, il s’agit bien d’un privilège et non d’un avantage. Alors permettez moi, cette politique ne friserait-elle pas la discrimination ! Difficile de rassembler par la discrimination !

Bref, nous devons  nous accommoder de cette situation. Elle nous oblige à reprendre le dossier et il a été décidé en CM que ce projet sera porté par la commune. Avec en préalable un accord de financement par une banque, nous allons repenser un nouveau projet à la dimension financière de la commune. Évidemment, cette réalisation  va consommer de la trésorerie au dépend d’autres investissements, mais c’est un choix que les élus et moi-même assumons.

Sur cette commune, beaucoup d’actions profitent à la PE, au ados, à tous les jeunes par le périscolaire : ALSH et TAP. Créer une dynamique autour d’un projet inter générationnel a dès lors tout son sens .Démarquons nous du système traditionnel  de la politique d’habitat, ou l’habitude est le recours au bailleur social, débarrassons nous de cette crainte du faux pas, source d’immobilisme et d’inhibition. Travaillons pour développer une vision positive de l’avenir  de notre commune.

La vie d’une commune est étroitement liée avec la vie associative. Par messages interposés, je sais que la baisse de 10% du montant des subventions allouées aux associations a été mal comprise. Certes, je mesure l’énergie dépensée par les responsables d’association. Malgré leurs efforts, ils ont tout juste la reconnaissance méritée à leur égard par les bénéficiaires. Une fatigue, une lassitude, une envie de baisser les bras prend naturellement le dessus. Je profite de ce moment pour faire passer le message aux adhérents ; aux parents des enfants, à tous ceux qui profitent de la vie associative, de mesurer à sa juste valeur l’investissement personnel de leurs responsables. Je les invite à ne pas se comporter en simple consommateur d’une activité proposée.

Le mal être du monde associatif ne souffre pas  forcément  d’un manque de l’octroi  d’une subvention communale, mais d’un enthousiasme associatif insuffisamment partagé, d’un bénévolat en voie d’extinction. Sur une commune, une activité associative n’a pas un caractère obligatoire. Elle est volontaire, elle émane d’un besoin partagé. Elle est source de rassemblement, de relationnel, d’échanges et de convivialité. Bref, elle fédère une population. Alors espérons que le mal de la société moderne, à savoir d’être un simple consommateur, ne gagne pas insidieusement le monde associatif.                                                

La bonne marche d’une commune c’est aussi le résultat de l’engagement du personnel à qui je fais part de toute ma reconnaissance et à qui j’adresse toutes mes félicitations. Je le redis, des agents techniques souvent découragés par le manque de citoyenneté d’individus ne respectant pas le domaine et les bâtiments publics. Les exemples ne manquent pas : dépôts sauvages, non respect des espaces verts et des installations, exactions dans les espaces scolaires. Ces gestes gratuits, sauvages et irresponsables les obligent à des interventions ingrates, mais nécessaires à votre bien être. Au nom de tous les élus, merci à vous. Évidemment, ces remerciements s’adressent à tout le personnel évoluant avec motivation dans leurs domaines respectifs.

Je remercie mon équipe municipale ainsi que les membres extérieurs du CCAS qui s’investissent pour l’intérêt public. Le programme de travail qui vous attend en 2016 sera dense, les débats seront intenses pour arrêter définitivement les orientations budgétaires et le programme de travaux qui en découlera, tenant compte des contraintes financières imposées. J’aurai besoin de toute votre énergie, de vos compétences personnelles, pour définir et écrire l’avenir de votre commune avec discernement, ambition, mais pondération.

Avec vous, je voudrais partager une pensée pour toutes les personnes absentes pour cause de maladie. Que 2016, leur apporte soulagement et rétablissement. Partageons aussi le découragement des entreprises confrontées à une conjoncture économique  et politique désastreuse. Les entreprises de BTP  viennent de clôturer une de leur plus mauvaise année. Les prévisions du premier trimestre 2016 ne sont guère plus rassurantes. Toute la masse salariale est inquiète. Nous leur formulons tous nos encouragements. Bon vent aussi aux nouveaux locataires des cellules commerciales et médicales. La commune est ravie de leur arrivée. Elle redonne une dynamique à la structure, appréciée par chacune et chacun d’entre nous. 

A vous tous, mesdames est messieurs, chers amis, je vous renouvelle mes vœux de bonheur, de sérénité et de bonne santé.  Bonne année à vous !

Gilbert Gavinet

 

 

Vous aimerez aussi...

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer